Anomalies héréditaires

Les chiens ont été soumis à la reproduction sélective pendant des siècles pour nous donner cette variété de races toutes aussi merveilleuses qu'étonnantes que nous avons aujourd'hui. Malheureusement, cette reproduction sélective a créé des anomalies qui se sont transmises d'une génération à l'autre. Vous trouverez ci-dessous les maladies héréditaires les plus courantes.


A Border Collie with two different coloured eyes
Un border collie avec les yeux vairons.


Dysplasie de la hanche

La dysplasie est un mauvais alignement ou une mauvaise fixation entre la tête du fémur et la cavité. Cela fait que l'extrémité de l'os (la partie ronde) se déplace et le cartilage s'effrite. La dysplasie peut survenir d'un seul ou des deux côtés des hanches. Elle peut être due à de nombreux facteurs environnementaux (l'alimentation, le poids, le niveau d'activité) et génétiques. Elle est plus courante chez les grands chiens qui grandissent rapidement. Une manifestation précoce de dysplasie de la hanche peut se développer quand le chien atteint ses quatre mois ; une manifestation tardive peut quant à elle être le résultat d'une arthrite au niveau de l'articulation de la hanche.

Symptômes - Votre chien, jadis énergique, sera relativement inactif et réticent à l'idée de courir, sauter ou même monter des marches. Vous le verrez chanceler ou faire des petits sauts de lapin pour se déplacer. La dysplasie de la hanche s'avère souvent très douloureuse pour votre chien et peut le faire boiter des membres arrières. Il risque aussi de prendre des positions étranges ; ses épaules peuvent se muscler car il placera tout son poids sur ses pattes avant.

Diagnostique et traitement - Si vous constatez l'un des symptômes décrits plus haut, prenez rendez-vous chez votre vétérinaire. Votre chien passera un examen aux rayons X, ce qui permettra de correctement diagnostiquer la dysplasie et de voir sa gravité. S'il s'agit d'une dysplasie légère, le traitement consistera à faire perdre du poids à votre chien et de lui modérer sa quantité d'exercice, le tout couplé à des anti-inflammatoires pour apaiser la douleur. Dans les cas les plus graves, une prothèse peut être mise en place via une intervention chirurgicale.

Races couramment atteintes : le cocker américain, le beagle, le bouvier bernois, le terrier de Boston, le bulldog, le teckel, le berger allemand, le golden retriever, le labrador retriever, le terre-neuve, le rottweiler, le Saint-Bernard et le shih tzu.


L'atrophie rétinienne progressive

L'atrophie rétinienne progressive est comme son nom l'indique une dégénérescence progressive des cellules de la rétine (la partie de l'œil qui détecte la lumière). Celles-ci meurent petit à petit et les vaisseaux sanguins se situant à proximité s'assèchent, ce qui finit par rendre le chien aveugle. Le temps que cela prend est variable et peut, suivant les cas, se compter en mois ou en années. Il s'agit d'une anomalie héréditaire, mais l'atrophie rétinienne progressive existe sous plusieurs formes qui peuvent se transmettre par des gènes différents, qui peuvent être dominants ou récessifs.

Symptômes - Vous constaterez que votre chien aura davantage de difficultés à voir dans l'obscurité, et qu'il semblera moins sûr de lui lorsqu'il doit sauter un obstacle ou descendre un escalier. Ses pupilles peuvent être dilatées, ses yeux seront certainement plus brillants et un halo blanc peut apparaître.

Diagnostique et traitement - Votre vétérinaire regardera l'œil de votre chien à l'aide d'un ophtalmoscope pour faire son diagnostique. Il n'existe malheureusement aucun traitement contre une telle anomalie. Le mieux que l'on puisse faire pour limiter les risques est de s'assurer de faire reproduire des chiens n'en étant pas atteints.

Races les plus couramment infectées jusqu'à l'âge de deux ans : l'akita, le Welsh Corgi Cardigan, le border colllie, le teckel, le setter Gordon, le setter irlandais, le schnauzer nain, le chien d'élan norvégien gris et le terrier tibétain.

Races les plus couramment infectées à l'âge adulte : le cocker spaniel anglais, le golden retriever et le labrador retriever.



Surdité congénitale

On parle de surdité congénitale lorsque le chien naît sourd ou développe une surdité dès les premières semaines. Cela se produit plus souvent chez les chiens de couleur blanche. Cette surdité est liée à deux types de gènes : ceux des pelages merle (poil foncé à tâches claires) et pie (poil blanc à tâches noires). C'est pour cette raison que certaines races de chien sont plus souvent atteintes que d'autres.

Symptômes - Jusqu'à ce que la surdité soit clairement identifiée, le chien aura souvent l'air de ne plus répondre quand on l'appelle, et pourra même vous paraître stupide par moments.

Diagnostique et traitement - Vous pouvez vous-même mettre à l'épreuve l'audition de votre chien. Mettez-vous derrière lui, tapez dans vos mains et observez sa réaction : vous devriez pouvoir constater si quelque chose cloche avec son ouïe. Un chien qui entend normalement se tournera immédiatement vers la source du bruit ; un chien avec une surdité partielle cherchera d'où provient le son mais sans pour autant réussir à le localiser ; et un chien complètement sourd n'aura aucune réaction. Un vétérinaire peut normalement faire un test PEA (potentiels évoqués auditifs) afin de vérifier cliniquement la surdité du chien. Il existe des prothèses auditives conçues pour les chiens, mais elles peuvent leur provoquer des démangeaisons. Un chien sourd peut tout aussi bien mener une belle vie, car il peut toujours compter sur ses autres sens. Pour aider votre chien à vivre avec sa surdité, vous pouvez lui trouver un compagnon bien entendant, de façon à ce qu'il puisse avoir une idée de ce qui se passe en observant les réactions de son nouveau partenaire.

Races couramment atteintes : le foxjound américain, le berger australien, le border collie, le boxer, le bull terrier, le teckel, le dalmatien, le foxhound anglais, le setter anglais, le dogue allemand, le bobtail, terrier écossais et le shetland.



Ectropion

Un ectropion est un retournement de la paupière vers l'extérieur de l'œil. Celle-ci pendra hors de l'œil et le tissu rose interne recouvrant la paupière inférieure (la conjonctive) sera visible : votre chien sera beaucoup plus sensible aux infections oculaires. Cela peut aussi causer des inflammations de la conjonctive et de la cornée dues à une surproduction lacrymale.

Symptômes - La protubérance qui apparaît sur la paupière inférieure est facilement visible. Vous apercevrez également des traces d'une production lacrymale excessive.

Diagnostique et traitement - Le diagnostique d'une telle anomalie se fait sans mal. Si l'ectropion a l'air bénin, ce qui est assez courant et particulièrement chez les chiens plus âgés, il est conseillé de nettoyer régulièrement l'œil de votre chien avec du coton imbibé d'eau salée. Un ectropion plus sérieux nécessitera une opération.

Races couramment atteintes : le cocker spaniel anglais, le basset hound, la plupart des chiens géants de gros gabarit ou encore ceux ayant beaucoup de peau sur le visage.



Distichiasis

Le distichiasis est une anomalie qui fait que les cils vont pousser dans des directions ou à des endroits inhabituels. Une deuxième rangée de cils peut se former et celle-ci est très désagréable pour votre chien. L'anomalie apparaît généralement sur les deux yeux et parfois sur les deux paupières (mais souvent uniquement sur les paupières supérieures).

Symptômes - Dans certains cas, ces rangées de cils supplémentaires ne poseront pas de problème à votre chien. Cependant, si elles lui irritent les yeux, ceux-ci seront nettement plus humides. Vous verrez également apparaître des rougeurs et votre chien peut se mettre à loucher ou à davantage cligner des yeux.

Diagnostique et traitement - L'examen d'un vétérinaire vous apportera le bon diagnostique. Si l'anomalie est relativement légère, il mettra des gouttes dans ses yeux pour le protéger des irritations : ces gouttes lubrifient la cornée et la rangée de cils supplémentaire. Dans le cas plus grave où le distichiasis provoque des ulcères sur la cornée, une opération peut s'avérer nécessaire pour les retirer.

Races couramment atteintes : le cocker américain, le bedlington terrier, le terrier de Boston, le boxer, le bulldog, le Cavalier King Charles Spaniel, le retriever de la baie de Chesapeake, le teckel, le golden retriever, le griffon bruxellois, le Kerry Blue, le Lakeland terrier, le llasa apso, le pékinois, le carlin, le Shih Tzu, le shetland et le Yorkshire terrier.



Hernie ombilicale

Une hernie ombilicale est un gonflement dû à une déchirure dans la paroi musculaire au niveau du nombril. On parle de hernie compliquée si les organes présents vers les abdominaux, comme les intestins, sont pris au piège et forment une protubérance. Une hernie non-compliquée est lorsque la bosse autour du nombril ne ressort pas trop. Les hernies ombilicales sont plus courantes chez les chiots mais peuvent survenir à n'importe quel âge.

Symptômes - Vous verrez apparaître une bosse non-négligeable au niveau du nombril. Votre chien risque aussi de perdre l'appétit, voire de régurgiter.

Diagnostique et traitement - Si vous repérez l'un des symptômes cités plus haut, une visite chez le vétérinaire s'impose. Celui-ci examinera votre chien et saura déterminer s'il s'agit d'une hernie ombilicale. En cas de hernie compliquée, votre chien devra subir une opération pour qu'elle soit retirée. De bénignes hernies non-compliquées disparaissent d'elles-mêmes avec le temps.

Races couramment atteintes : l'Airedale terrier, le basenji, le bull terrier, le border collie, le llasa apso, le pékinois, le pointer anglais, le Shih Tzu, le braque de Weimar et le Yorkshire terrier.



Luxation rotulienne

Il peut arriver que la rotule se disloque et sorte de sa position habituelle lorsque le chien étend ses pattes. Cela est très désagréable et peut le faire boiter. Bien que tous les chiens peuvent en souffrir, ce phénomène est plus courant chez les petits chiens.

Symptômes - En cas de luxation légère, vous ne remarquerez sans doute rien car cela ne le dérangera pas tant que ça. Si la luxation est plus grave, vous verrez qu'il traînera la patte et avancera en sautillant. Cela peut être d'abord occasionnel puis devenir plus fréquent avec le temps.

Diagnostique et traitement - En examinant votre chien, le vétérinaire pourra diagnostiquer une luxation rotulienne. De même, il pourra vous dire s'il s'agit d'une luxation de grade 1, 2, 3 ou 4. Au grade 1, la rotule se détache (manuellement ou d'elle-même) mais se remet en place toute seule ; au grade 2, elle se détache par moments et a parfois besoin d'être remise en place manuellement ; au grade 3, elle est constamment disloquée, et peut être remise en place mais finira par se détacher à nouveau ; au grade 4, elle est toujours disloquée et ne peut pas être remise en place. Les luxations de grade 1 ne sont généralement pas problématiques et ne nécessitent pas d'opération, bien que votre vétérinaire pourra vous prescrire des anti-inflammatoires. Les luxations de grade 2, 3 et 4 nécessiteront une intervention pour être opérées car elles sont très douloureuses.

Races couramment atteintes : l'akita, le bichon à poil frisé, le terrier de Boston, le chihuahua, le sharpeï, le retriever à poil plat, le patou, le spitz nain, le caniche nain et le Yorkshire terrier.



Hernie discale

La hernie discale concerne les disques vertébraux qui sont situés entre chaque vertèbre. Au centre de ces disques, on trouve un noyau gélatineux qui absorbe les chocs que subit la colonne vertébrale. La hernie discale est une dégénérescence des disques qui les fait gonfler ou se déchirer. Cela crée une forte pression sur les nerfs qui les recouvrent et peut les endommager et faire extrêmement mal à votre chien. Cela peut survenir tout le long de la colonne vertébrale, du cou à la queue. Pour une hernie de type 1, le disque se déchire (ceci est courant chez les races de chiens qui y sont prédisposées). La hernie de type 2 est une dégradation progressive des disques avec le temps causant un gonflement de ces derniers. Ce type de hernie est plus courant chez les chiens plus âgés. Les races de chiens ayant été élevées pour rester naines (races dites "chondrodystrophiques") souffrent souvent de hernie discale, bien que ceci touche aussi les gros chiens, surtout avec l'âge.

Symptômes - Vous constaterez que votre chien ne veut plus bondir. Il sera moins actif que d'habitude et peut couiner de douleur par moments. Si la hernie infecte son cou, il aura du mal à tourner la tête et vous verrez qu'il bougera les yeux pour regarder sur les côtés. Il sera peut-être voûté ou bossu. Si la partie inférieur de la colonne vertébrale est infectée, votre chien risque de ne plus bien contrôler sa vessie.

Diagnostique et traitement - Votre vétérinaire fera aire un examen neurologique à votre chien, ce qui peut impliquer un IRM ou une myélographie. Ces radiographies vont permettre à votre vétérinaire de localiser le disque vertébral qui cause la hernie. Si votre chien souffre d'une hernie légère, votre chien devra prendre des médicaments stéroïdiens et des anti-inflammatoires et devra se reposer pendant six semaines. Dans des cas plus graves, il se fera opérer pour retirer la partie du disque qui fait pression sur sa colonne vertébrale.

Races couramment atteintes : le cocker américain, le beagle, le boxer, le teckel, le Dandie Dinmont terrier, le lhasa apso, le pékinois et le shih tzu.



Problèmes respiratoires

Les difficultés respiratoires se manifestent surtout chez les chiens brachycéphales (qui ont le crâne raccourci). À cause de leurs courtes cavités nasales et de leurs narines plus étroites, ils peuvent avoir du mal à respirer, particulièrement s'il fait chaud.

Symptômes - Vous entendrez que votre chien respire fort, ronfle, ou qu'il ne prend que de petites inspirations. Dans des cas plus graves, il respirera uniquement par la bouche et produira davantage de sécrétion nasale.

Diagnostique et traitement - Si vous voyez que votre chien n'est pas à son aise à cause de sa respiration, il peut être nécessaire de lui faire élargir les narines.

Races couramment atteintes : le terrier de Boston, le bulldog, le cavalier King Charles spaniel, le chow-chow, le pékinois, le carlin et le shih tzu.



Épilepsie

L'épilepsie est une maladie neurologique qui provoque des crises. Leur durée peut varier et, lorsqu'il en fait une, votre chien peut perdre conscience. Chez le chien, l'épilepsie peut être une maladie génétique. Elle se manifeste la plupart du temps lorsqu'il a entre dix mois et trois ans.

Symptômes - Les crises peuvent varier en durée et en gravité. Si votre chien fait une crise sérieuse, son comportement risque d'être affecté. Il peut par exemple chercher davantage de réconfort, se sentir anxieux, être moins agité, essayer de se cacher, gémir ou pleurer. Ensuite, il tombera dans les vapes, puis ses pattes convulseront. Il risque aussi d'uriner, de déféquer et de saliver. Ces crises peuvent durer de quelques secondes à plusieurs minutes. Lorsque votre chien reprend conscience, il peut être confus et avoir des vertiges. Des crises plus bénignes sont plus difficiles à repérer : vous pourrez éventuellement repérer des convulsions sur son visage, ou vous verrez qu'il claque sa mâchoire dans l'air comme s'il tentais d'attraper une mouche. Il peut également gratter le sol plus souvent ou se mordre.

Diagnostique et traitement - Il n'y a pas de méthode particulière pour diagnostiquer l'épilepsie. Votre vétérinaire peut en revanche chercher à diagnostiquer les autres causes probables des crises. Il lui fera une prise de sang, vous demandera son dossier médical et lui fera passer un électroencéphalogramme. Le traitement contre l'épilepsie commence quand les crises deviennent fréquentes et apparaissent avec une certaine régularité. Il s'agit souvent de pilules qui s'avalent. Il en existe différents modèles et il se peut que votre vétérinaire en essaye plusieurs. Pendant les premières semaines de traitement, votre chien risque d'avoir souvent envie de dormir, mais cet effet secondaire finira par disparaître.

Races couramment atteintes : le beagle, le cocker spaniel anglais, le border collie, le teckel, le berger allemand, le golden retriever, le setter irlandais, le spitz-loup, le labrador retriever, le caniche nain, le Saint-Bernard, le springer anglais, le husky de Sibérie et le fox-terrier à poil dur.



Cataracte

On parle de cataracte quand le cristallin devient nuageux ou gris. Cela est dû à une dégradation des protéines qui le forment. Lorsque la cataracte est à son apogée, tout le cristallin devient blanc. Cela peut grandement réduire la vision du chien et même conduire à une cécité. La cataracte peut être confondue avec la sclérose nucléaire, assez courante chez les chiens adultes : dans ce cas, les yeux deviennent gris mais cela n'affecte pas la vue du chien. La cataracte est une maladie héréditaire (qui touche plus de 80 races de chien) mais peut aussi découler d'autres maladies telles que le diabète.

Symptômes - Vous verrez que l'œil de votre chien devient brumeux. Il peut s'agir d'un voile blanc, bleu-gris ou jaune. Il peut ne pas couvrir l'intégralité du cristallin.

Diagnostique et traitement - Votre vétérinaire auscultera les yeux de votre chien afin de voir s'il est atteint de cataracte. Si celle-ci cause la cécité, une opération sera nécessaire afin de retirer le cristallin et d'en poser un de synthèse. Il s'agit d'une procédure assez compliquée et tous les chiens ne peuvent pas subir l'opération (les chiens trop âgés par exemple ne sont pas de bons candidats), mais celle-ci est tout de même de plus en plus courante.

Races couramment atteintes : le lévrier afghan, le terrier de Boston, le cocker spaniel anglais, le berger allemand, le golden retriever, le labrador retriever, le schnauzer nain, le bobtail, le husky de Sibérie, le Welsh springer spaniel et le west Highland white terrier.



Produits associés

Photos des clients

Commentaires

Il n'y a pas de commentaire

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter !

Fermer

Inscrivez-vous pour recevoir nos news, être averti des concours et des offres spéciales et bien plus encore ! C'est gratuit !