Pour votre information, Omlet est ouvert ! Pour en savoir plus, cliquez ici.

Maladies des chats - Symptômes et traitement

Cette section du guide d'Omlet des chats se concentre sur les maladies contre lesquelles votre chat peut être vacciné. Les vaccins contre le Typhus félin, le Coryza, le Calcivirus félin, le Virus leucémogène félin* sont recommandés pour tous les chats, mais contre quoi exactement ? Poursuivez votre lecture pour le découvrir.

*Remarque : La vaccination contre cette maladie est surtout recommandée si le chat a accès à l'extérieur.


Typhus félin (ou panleucopénie féline)

Le typhus félin est un type de virus appelé parvovirus parfois nommé panleucopénie féline. Cette maladie hautement contagieuse peut provoquer la mort de l'animal. Le nom panleucopénie se doit à la diminution des leucocytes qui est l'un des symptômes de la maladie.

Transmission

La maladie peut être transmise par les puces ou par voie orale, au contact direct avec les fluides corporels d'un chat infecté. Le virus peut rester actif sur toutes sortes d'objets, comme les gamelles de nourriture, le lit ou même les vêtements. Cela facilite la propagation rapide et démographique de la maladie, c'est pourquoi le vaccin est hautement recommandé.

Symptômes

La maladie affecte les intestins du chat en provoquant l'ulcération qui finit par tuer les cellules des parois intestinales. Les symptômes incluent des diarrhées extrêmement sanglantes, la malnutrition, la déshydratation, l'anémie, la leucopénie et la mort. La gravité de cette maladie justifie l'usage hautement recommandé de traitement de prévention sous la forme de vaccin.

Traitement

Si vous suspectez que votre chat est atteint du typhus félin, emmenez-le sur-le-champ chez le vétérinaire, car la maladie peut le tuer en 24 heures. Le traitement implique un médicament antiviral agressif, des antibiotiques ainsi qu'un soluté de réhydratation. Pour plus d'informations concernant les vaccins pour chats, consultez notre section dédiée à ce sujet.



Coryza (Herpès virose félin)

Le coryza est le virus le plus répandu qui affecte les voies respiratoires supérieures des chats. La maladie est hautement contagieuse et les chats infectés garderont souvent une souche dormante de la maladie (sans montrer de symptômes), ce qui en fait des porteurs du virus toute leur vie. Heureusement, il est rare que des chats porteurs d'une souche dormante transmettent le virus. Le virus peut refaire surface chez un chat infecté, à cause du stress ou d'un autre problème de santé qui fragilise l'organisme.

Transmission

La maladie peut être transmise entre les chats par contact direct avec les fluides corporels. En partageant les mêmes gamelles ou lits, en étant manipulés par un humain qui a touché un chat infecté ou suite à des morsures, par exemple.

Symptômes

Le coryza du chat provoque une infection aiguë des voies respiratoires supérieures. Cela se traduit par exemple par des conjonctivites, des éternuements, de la fièvre, de la toux, une léthargie, de la salivation ou des sécrétions nasales. Les symptômes peuvent durer entre quelques jours à quelques semaines, et le chat reste contagieux pendant environ 3 semaines. Dans de rares occasions, les cas d'infection chronique au coryza peuvent se développer en dermatite. Cela provoque l'apparition de lésions croûteuses, d'ulcères et de croûtes autour de la tête, du visage et parfois des pattes avant du chat.

Traitement

Le meilleur remède est un traitement de prévention sous forme de vaccin. Le vaccin est vivement conseillé pour tous les chats. Si vous pensez que votre chat est atteint de coryza, vous devriez l'emmener immédiatement chez le vétérinaire. Celui-ci lui prescrira sans doute des antibiotiques pour traiter le risque d'une deuxième infection bactérienne, ainsi qu'une thérapie antivirale pour traiter le virus. Pour plus d'informations concernant les vaccins pour chats, consultez notre section dédiée à ce sujet.



Calcivirus félin (FCV)

Le calcivirus félin est le second virus le plus répandu qui affecte les voies respiratoires supérieures des chats. La maladie s'adapte rapidement, ce qui la rend difficile à traiter. Le virus peut en effet évoluer rapidement et devenir plus résistant aux antiviraux et/ou au système immunitaire du chat. Le vaccin contre le calcivirus félin n'empêche pas toujours la maladie, mais il reste néanmoins fortement conseillé, car les chats vaccinés qui attrapent quand même la maladie ont des symptômes plus légers que les individus non vaccinés. Une forme de calcivirus félin très contagieuse et résistante est connue sous le nom de calcivirus félin hypervirulent, qui peut être fatal.

Transmission

Tout comme le typhus félin et le coryza, le calcivirus félin peut se transmettre entre les chats par contact direct avec les fluides corporels. Cela inclut en partageant les gamelles ou lits, en étant manipulés par un humain qui a touché un chat infecté ou suite à des morsures, par exemple. Heureusement pour nous, le virus ne peut être transmis aux humains et affecte uniquement les chats domestiques et les guépards.

Symptômes

Le calcivirus félin provoque une infection aiguë des voies respiratoires supérieures. Les symptômes incluent des sécrétions oculaires et nasales, de la fièvre, les ulcères autour de la bouche, du visage et des pattes, de la léthargie, la perte d'appétit et la pneumonie. Le calcivirus félin hypervirulent cause de l'arthrite, la boiterie, la fièvre et la défaillance de multiples organes.

Traitement

Qu'il ait reçu un vaccin ou non, si vous pensez que votre chat a été infecté par un calcivirus félin, emmenez-le immédiatement chez le vétérinaire. En fonction des symptômes, le traitement se compose généralement d'antibiotiques, d'immunomodulateurs (qui renforcent le système immunitaire du chat), de corticoïdes, et d'un soluté de réhydratation. Pour plus d'informations concernant les vaccins pour chats, consultez notre section dédiée à ce sujet.



Virus leucémogène félin

Le virus leucémogène félin est une cause fréquente de mortalité chez les chats domestiques, avec la vieillesse, les accidents liés aux véhicules et les insuffisances rénales. Le VLF peut causer une maladie de type cancer appelée leucémie, d'où son nom. Les vaccins contre le Virus leucémogène félin est fortement conseillé pour les chats qui sont autorisés à sortir dehors mais pas systématiquement proposé pour ceux qui restent à l'intérieur. En effet, les chats d'intérieur ont bien peu de chances d'entrer en contact avec le virus.

Transmission

Le virus se transmet par les fluides corporels comme le sang ou les selles, mais il ne survit pas longtemps hors du corps. Heureusement pour nous, le virus affecte seulement nos amis félins, et il n'y a aucun risque de contagion pour vous ou vos autres animaux. Le Virus leucémogène félin est surtout répandu parmi les chats errants ou férals. Ces individus peuvent ensuite le transmettre à nos chats domestiques quand ils se rencontrent dans la rue ou qu'ils se bagarrent. Le virus peut facilement se transmettre dans une maisonnée à plusieurs chats, à cause de la promiscuité et des gamelles et lits communs. Une mère chatte peut également passer le virus à ses chatons.

Symptômes

Quand il infecte un chat, le virus réduit considérablement l'efficacité de son système immunitaire. Cela ouvre donc la voie à toutes sortes d'infections et d'autres maladies qui peuvent prospérer dans un système immunitaire déficient (comme une leucémie). Les symptômes qui peuvent indiquer une infection au virus leucémogène incluent la diarrhée, la fièvre, des gencives pâles, une perte de poids, la stérilité, la jaunisse, l'anémie, des glandes enflées et une inflammation de la bouche et du visage.

Traitement

Les chats qui sont plus à risque de contracter le virus leucémogène félin doivent être vaccinés. Si vous pensez que votre chat est atteint de virus (qu'il soit vacciné ou non), vous devez l'emmener immédiatement chez le vétérinaire. Celui-ci lui prescrira alors des immunomodulateurs pour assister le système immunitaire de votre chat, ainsi que d'autres médicaments qui traiteront les symptômes visibles tels que les antibiotiques ou solutés de réhydratation. Pour plus d'informations concernant les vaccins pour chats, consultez notre section dédiée à ce sujet.



Bordetellose féline

La Bordetellose féline est causée par une bactérie, et non un virus. Il s'agit d'une infection des voies respiratoires supérieures, souvent appelée la « toux du chenil » à cause de ses symptômes associés et du fait qu'elle est davantage observée dans les maisons à plusieurs animaux et les chatteries. Si votre chat est infecté, la maladie se traitera facilement avec des antibiotiques prescrits par le vétérinaire. La bactérie est plutôt rare chez les chats, c'est pourquoi le vaccin n'est pas autant recommandé que les autres.

Le vaccin n'est pas systématiquement conseillé, mais il reste disponible et est parfois nécessaire pour voyager dans d'autres pays.

Transmission

La bactérie Bordetella peut se transmettre entre les chats, les chiens et même les humains. Elle peut se retrouver dans l'air par les éternuements et la toux, et une nouvelle victime peut être infectée en l'inhalant. Cette transmission rapide par la toux ou les éternuements facilite la propagation de la bactérie, c'est pourquoi une épidémie est vite arrivée dans les chatteries ou les maisons à plusieurs chats.

Symptômes

La toux et les éternuements sont les symptômes principaux. D'autres symptômes moins communs incluent de la fièvre, des écoulements nasaux, des yeux sales, la pneumonie, la perte de poids et des difficultés respiratoires.

Traitement

Un vaccin contre la bordetellose est disponible pour les chats, mais comme les chats ne sont généralement pas infectés, il n'est pas toujours recommandé. Un chat infecté n'aura pas forcément besoin de traitement car son système immunitaire se chargera de combattre l'infection. Néanmoins, si vous suspectez que votre chat est atteint de bordetellose, il vaut mieux l'emmener se faire examiner par un vétérinaire rapidement. Celui-ci lui prescrira sans doute des antibiotiques pour se débarrasser de l'infection rapidement. Pour plus d'informations concernant les vaccins pour chats, consultez notre section dédiée à ce sujet.



Chlamydiose du chat

La chlamydiose est causée par une bactérie qui infecte les voies respiratoires supérieures. D'habitude, les bactéries colonisent les zones à l'extérieur des cellules, comme la gorge ou les poumons, mais celle qui cause le Chlamydiose féline réside à l'intérieur des cellules. Malheureusement, les chats peuvent nous transmettre la bactérie, qui peut alors se développer en une conjonctivite.

Le vaccin n'est pas systématiquement conseillé, mais il reste disponible et est parfois nécessaire pour voyager dans d'autres pays.

Transmission

La bactérie qui cause la chlamydiose ne peut pas survivre longtemps hors du corps, mais elle peut se transmettre par contact avec la bouche, le nez ou les sécrétions oculaires d'un chat infecté ou en touchant des zones contaminées (tant que la bactérie est encore en vie).

Symptômes

La bactérie infecte principalement la conjonctive (la muqueuse de l'œil) qui provoque un gonflement et une inflammation autour de l'œil. On observe aussi souvent une sécrétion des yeux ou un larmoiement excessif. D'autres symptômes incluent des difficultés respiratoires, un écoulement nasal, une perte de poids, une perte d'appétit, de la toux et de la fièvre.

Traitement

Le vaccin contre la chlamydiose féline est uniquement recommandé pour les chatteries ou bien les zones de prévalence de la maladie. Elle est facile à traiter et ne se propage pas facilement. Si vous pensez que votre chat est atteint de chlamydiose, vous devriez l'emmener immédiatement chez le vétérinaire. Le système immunitaire du chat ne peut atteindre les bactéries intracellulaires. Le vétérinaire pourra prescrire un traitement aux antibiotiques, conçus pour pénétrer dans les cellules et éliminer la bactérie. Pour plus d'informations concernant les vaccins pour chats, consultez notre section dédiée à ce sujet.



Rage

Les derniers cas de rage sur humains déclarés remontent en France à 1924, la maladie est considérée comme disparue depuis le début des années 2001, et le vaccin n'est donc plus obligatoirement administré aux animaux. Néanmoins, si vous voyagez avec votre chat, vous devrez le vacciner contre la rage. La rage est une maladie virale qui provoque une encéphalite (inflammation de l'encéphale). Elle est surtout répandue chez les chiens mais toutes les espèces à sang chaud y sont vulnérables.

Le vaccin n'est pas systématiquement conseillé, mais il reste disponible et est parfois nécessaire pour voyager dans d'autres pays.

Transmission

Le virus est généralement présent dans les cellules nerveuses et la salive d'un animal infecté. Cela signifie qu'il peut se transmettre par contact rapproché, en partageant une gamelle, en se toilettant mutuellement ou si le chat est mordu ou qu'il mange un animal infecté.

Symptômes

Les symptômes les plus reconnaissables de la rage sont sans doute la bave abondante et l'agressivité augmentée, mais la fièvre, la léthargie, les crises épileptiques, les paralysies, le manque de coordination et l'incapacité à avaler sont tous des indicateurs de la rage.

Traitement

Comme précédemment mentionné, le vaccin contre la rage existe mais il n'est plus obligatoire. Si votre chat présente le moindre de ces symptômes, il faut l'emmener chez le vétérinaire sur-le-champ, il sera surveillé à plusieurs fréquences afin de déterminer s'il présente les symptômes de la rage. Les autorités sanitaires doivent également être averties. Malheureusement, la rage est mortelle pour les chats, il est donc important d'empêcher que la maladie se propage et réapparaisse sur le territoire.



Produits associés

Photos des clients

Commentaires

Il n'y a pas de commentaire

Laisser un commentaire